Bienvenue sur le site de la MJC. La plus active du département de l'Aube !

 

Le COIN-COIN

You are Here: MJC Chaource Le COIN-COIN

A chaource, il n’y a pas que le fromage du même nom ! Mais aussi une publication mensuelle éditée par la MJC ; 10 numéros par an, 10 euros l’abonnement, 30 auteurs réguliers, 41 années d’existence, 42 pages en moyenne, 75 bénévoles, 800 exemplaires, plus de 2 300 lecteurs, 16 800 feuilles de papier A4 par numéro, ces quelques chiffres situent l’expérience singulière du « Coin-Coin » le canard furieusement vivant du canton de Chaource dans l’Aube.

A Chaource, 1 100 habitants, pour voir le monde dans son village, chaque mois le « Coin-Coin » est attendu avec impatience dans les boîtes aux lettres. C’est un moyen de communication et d’échange extraordinaire car ici tout le monde guette et lit le Coin-Coin. De nombreux abonnements émanent même de personnes qui ont quitté la région mais souhaitent continuer à avoir des nouvelles. On estime qu’un abonnement correspond à trois lecteurs. A Chaource si vous avez quelque chose à dire… le plus simple c’est d’écrire dans le journal de La MJC.

 

Une première feuille nommée Coin-Coin

Il faut se resituer dans le contexte de l’époque, en 1966, explique Monique Moretto pilier incontournable du journal, mère adoptive, membre premier et unique du comité de rédaction depuis quarante et un an. Mon mari était maire de Chaource et nous étions tous les deux enseignants . Entre les deux écoles, une laïque, l’autre privée, dans lesquelles les classes n’étaient jamais mixtes, il n’y avait comme activité que la gymnastique pour les filles et le football pour les garçons… Les jeunes semblaient réellement s’ennuyer et pour qu’ils se rencontrent la Maison des jeunes et de la culture de Chaource à été crée et les activités s’y sont multipliées.

Très vite il a fallu informer ceux qui s’intéressaient aux activités proposées, donner le calendrier, recueillir les idées… Au départ s’est constituée une équipe de jeunes ente 16 et 20 ans dont une jeune fille, Joëlle Rémy, qui s’est mise à rédiger une première feuille d’information qu’elle a nommé « Coin-Coin ». L’habitude est vite prise, chaque fois qu’une activité nouvelle se met en place, un compte rendu est réalisé et les pages se multiplient.

Tout ce qui peut rapprocher les gens

Puis les sujets se sont étoffés. Les anciens du village sont interviewés pour recueillir des témoignages de pratiques d’autrefois, comme celle des laveuses. Chacun peut raconter sa passion, comme la moto, ou son savoir professionnel, histoires, voyages… Des rubriques qui ont ouvert la porte à de nouveaux abonnés du village et du canton ! En effet, dans le Coin-Coin on parle de tout ce qui peut rapprocher les gens, la convivialité. La censure intervient uniquement si quelque chose de mal est dit, quelque chose qui divise, sur quelqu’un ou la municipalité.

En 2008 le Coin-Coin compte quarante deux pages. L’éditorial est toujours signé de sa fondatrice Joëlle. Puis dix pages présentent toutes les activités de la MJC comme le cinéma, le hand, les ateliers d’écriture…. Dix autres pages sont réservées aux écoles, maternelle, primaire et collège. C’est devenu une habitude, explique Monique Moretto, les pages sont rédigées et prêtes quand je passe les chercher dix jours avant la date de parution. Les jeunes racontent leurs sortie, leurs voyages, dans un esprit d’ouverture vers le monde, le voir dans son village. Puis il y a une dizaine de pages divers, avec des sujets de réflexion comme récemment, un sujet sur les dix soldats français tués en Afghanistan. Ou, sur le thème de « Manger cinq fruits et légumes par jour ». Enfin les dix dernières pages sont rédigées par les associations du pays, la maison de retraite, le comité de jumelage, les anciens la communauté de commune…Chacun présente ses activités, informations. En fin de numéro, une revue de presse cite les articles parlant du canton paru dans la presse régionale. Et un agenda présente les rendez-vous du mois suivant et quelques publicités (15 euros le ¼ de page) avec les nouveautés des commerçants locaux.

Une organisation rigoureuse et rythmée

Soixante quinze bénévoles se répartissent les métiers de journaliste, maquettiste, imprimeur et la distribution du Coin-Coin orchestrés par une organisation rigoureuse et rythmée. En moyenne vingt des trente rédacteurs sont fixes, la relecture et la mise en page faite par Monique Moretto et l’impression réalisé par Bernard son mari. Pour l’enliassage, c’est-à-dire la constitution des numéros en plaçant les pages les unes à la suite des autres, deux équipes travaillent. Le lundi se sont des enfants de primaire, très fier de leur rôle dans la réalisation du journal, qui viennent après l’école. Le mardi ce sont les adultes qui finissent ; des moments toujours très conviviaux assure madame Moretto.

Si la période de démarrage à été très difficile, aujourd’hui la MJC fait partie du paysage. Son budget est bénéficiaire grâce aux abonnements et aux dons. Mais si y a des bénéfices au Coin-Coin c’est car tout le monde est bénévole. Le tirage ne fait qu’augmenter signe de son indéniable succès. Parmi les 800 exemplaires actuel, 350 sont postés vers des abonnés lointain et 75 sont distribués gratuitement dans chaque administration dont la Bibliothèque Nationale !